Portrait de Simon, du collectif Translucide

Rencontre avec Simon, créateur du collectif de développeurs engagés, Translucide, et partenaire de Studio Mijote.

Ton parcours :

Ça fait 20 ans que je travaille dans le web. J’ai roulé ma bosse dans des agences parisiennes et lyonnaises et conçu des sites avec des millions de visiteurs.

En 2008, je prends conscience de l’impact de mon activité sur l’environnement et arrête l’informatique.

Après plusieurs expériences comme la création d’un éco-lieu, je reviens à ce que je connais et décide de mettre à profit mes compétences pour rendre le web moins impactant.

J’ai créé Translucide avec l’envie d’être transparent et cohérent dans mon travail.

Qu’est-ce que l’éco-conception numérique ?

Dans ma démarche, je réfléchis à l’implication de chaque chose. On ne peut pas parler d’un numérique écologique, vert, responsable. Je préfère parler de sobriété, d’écoconception. Le numérique ou tout ce qui est tech est impactant sur l’environnement quoi qu’il en soit. Notre responsabilité est d’informer sur les nuisances colossales et de minimiser autant que possible ses impacts.

La première obsolescence dans le web, après le matériel, c’est le développement. Il faut sans cesse se mettre à jour. Les sites aujourd’hui sont d’une complexité aberrante. Mais on peut faire des choses simples, faire beaucoup avec peu.  On réfléchit en permanence à comment retirer des fonctionnalités pour avoir le même service. Plus on met de codes plus les sites ont besoin de maintenance. Plus on simplifie, plus cela dure dans le temps. Il faut se poser la question des besoins réels et non des envies. Au-delà de la technique, l’éco-conception, c’est beaucoup de philosophie.

Et le graphisme dans tout ça ?

L’idée est que les gens restent le moins possible, pour qu’ils sollicitent le moins possible le matériel. L’ergonomie permet cela. C’est la démarche inverse de Facebook qui veut garder l’attention des internautes.

Le graphisme conditionne beaucoup le niveau d’écoconception. Des choix d’interface découle une complexité ou une sobriété fonctionnelle plus ou moins impactante.

Aujourd’hui, ce sont les médias (images, vidéos) qui prennent le plus de poids sur internet. Bien les choisir et les optimiser est primordial.
La création graphique est sédentarisée en technique par le développeur, donc plus la source est claire et réfléchie, plus l’écoconception est belle.

Quelques conseils pratiques :

Faire attention à la taille des images. Il faut bien les redimensionner.

Eviter les videos, et dans les réglages, privilégier HD au Full HD.

Faire attention à son matériel pour le garder le plus longtemps possible, le réparer, ne pas le jeter. 

Savourez notre newsletter !S'abonner
13 Partages
Partagez13
Tweetez
Partagez